Sommaire

Histoire de l'art N° 70 -
Approches visuelles : une chance pour l'histoire de l'art ?

Depuis plus d’une génération, les visual studies bouleversent notre rapport à l’œuvre d’art. En insérant celle-ci, ses conditions de fabrication et les processus de vision dans d’autres lieux, de l’image publicitaire à l’espace politique, en insistant sur ses médiatisations, les approches visuelles ont considérablement renouvelé le regard porté sur l’œuvre. De nouveaux outils, de nouveaux paradigmes ont été mis en place, parfois mal acceptés car ils désacralisent l’œuvre et soulignent combien la discipline histoire de l’art est singulièrement ouverte, voire exposée, aux différents courants qui traversent les sciences humaines. Les deux essais ouvrant le dossier le montrent avec force. Mais ce métissage est fécond, comme l’atteste ce numéro, qui, par des études de cas, propose un regard nouveau sur des objets aussi variés que les représentations de la danse étrusque, les portraits de notables antiques, les bois de cerfs faussement naturalistes peints par Oudry, les photographies de paparazzi ou la noosphère utilisée par Resnais dans l’un des ses films. Tel chef-d’œuvre du peintre américain Winslow Homer est ainsi utilement rapproché d’images publicitaires contemporaines, comme les silhouettes de Keith Haring des procédés graphiques de communication. Une même nouveauté d’approche relie des articles sur la conception de l’image chez Caspar David Friedrich ou sur l’art patriotique contemporain aux États-Unis. Un numéro d’Histoire de l’art de nouveau à la pointe de la recherche.

SOMMAIRE
– Éditorial
Ceci n’est pas de l’histoire de l’art… Du sort des approches visuelles en France
PERSPECTIVES
– Entre l’histoire de l’art et les visual studies : mythe, science et idéologie
– À la recherche de l’Amérique profonde : l’art patriotique contemporain et l’idée de communauté nationale
ÉTUDES
– Perception et compréhension de la gestuelle étrusque : nouvelle approche visuelle de la danse antique
– Portraits de notables à Éphèse et Pergame (IIe siècle av. J.-C. – IIIe siècle ap. J.-C.) : perception visuelle et rôle social
– Massacre rococo. Les bois bizarres peints par Jean-Baptiste Oudry pour Louis XV entre 1741 et 1752
Le diagraphe de Charles Gavard et l’âge de la reproduction mécanique visuelle en France
– Dans le silence de la nuit : obscurité et métaphore raciale dans Searchlight on Harbor Entrance de Winslow Homer
– « L’insaisissable » : archéologie de la photographie de paparazzi dans le magazine Cinémonde (1928-1940)
– La noosphère conçue pour Je t’aime je t’aime d’Alain Resnais : étude d’un objet cinématographique
Les isotypes de Keith Haring : du graffiti au graphisme communicationnel
– Comprendre la démarche de Kara Walker : pluridisplinarité et histoire de l’art
MÉTHODE
– La conception de l’image chez Caspar David Friedrich

La revue Histoire de l’Art, fondée en 1988, a pour ambition de faire connaître les travaux de recherche soutenus dans les universités et les établissements d’enseignement supérieur en France.
Elle ne publie que de jeunes auteurs, pour lesquels c’est souvent la première occasion de faire connaître leur travail. Ils sont aidés et encadrés par leurs aînés, membres bénévoles du comité de rédaction venus des universités et des organismes de recherche du ministère de la Culture (musées, services de l’Inventaire, École du Louvre, etc.). On peut considérer cette revue comme une pépinière. Elle n’offre pas, pour autant, un simple recueil de “positions de thèses”, car la rédaction s’efforce de mettre en valeur les travaux publiés en les regroupant par thèmes et en les encadrant par des synthèses demandées aux spécialistes des domaines traités, ou en les accompagnant de textes plus courts, découvertes et documents.
La revue parait deux fois par an, au printemps et à l’automne.

 

 

 

Fermer la fenetre